J'ai testé pour vous : les cours à domicile

Publié le par Domi

J'écoute ma radio ce matin, les écouteurs branchés aux oreilles pour ne pas déranger Monsieur Chéri (je vous ai déjà parlé de cette nouvelle manie) qui médite devant sa tasse de café et qui ensuite parle seul : de l'étalage de ma collection de Pères Noël que j'ai installé depuis plus d'une semaine mais qu'il vient seulement de repérer, de nos voisins qui ne sont définitivement pas portés sur les rapports humains et de son dernier patient qui lui a pris la tête alors qu'il ne rêvait que de rentrer à la maison !  Je souris les yeux dans le vague en grinçant secrètement des dents. Tout cela me parvient mêlés aux propos de Bruce Toussaint et parasite mon audition. Je lâche une suite de hum, hum, tour à tour amusés, compatissants, puis un brin excédés ! Mais il peut pas se taire mon colloc du petit déj que je m'écoute Jérôme Commandeur en paix !

 

Et voilà ! La chronique se termine sans que j'ai pu en comprendre le sens. Je suis bonne pour une petite séance de potcast au calme !

 

La longue page de pubs commence et je déconnecte mon cerveau. Mais retentit cette saleté de réclame pour la société Acadomia et son sérieux, ses professeurs compétents, attentifs, voués à la réussite de leurs élèves....En un mot des perles !

 

Il y a de cela quelques années, Chéri junior, mon fils bien aimé, se préparait à présenter son bac. Lui ne semblait pas être au courant mais l'échéance approchait à grands pas et ses résultats nous laissaient dubitatifs. Ce naïf avait choisi en matière principale "Comptabilité et finances des entreprises" croyant que cet énoncé prometteur garantirait le sérieux de ses ambitions à un père sceptique au vu de ses talents reconnus de chasseurs de monstre sur jeu vidéo et de glandeur sur banc de lycée !

 

Notre bonne volonté n'ayant d'égal que notre envie de sauver cet inconscient d'un échec assuré, nous avons cédé devant les chants des sirènes de la société Acadomia et nous sommes dirigés vers le bureau le plus proche afin de dénicher le professeur qui saurait venir en aide à notre malheureux candidat, le mener à la victoire en lui enseignant rigueur et méthode.

 

Nous fûmes bien accueillis. On nous présenta les avantages des cours à domicile et après une courte enquête de la part de notre interlocuteur, quelques propos soulignant notre incompétence en matière d'aide et notre négligence si nous ne souscrivions pas à leur offre, il s'avéra que, selon leur expertise, notre fils devait être aidé jusqu'à l'échéance fatidique à raison de plusieurs heures par semaine de soutien assidu.

 

Après quelques manipulations sur sa calculatrice, il nous proposa uen formule. Il est bon de savoir que chez Acadomia vous payez tous les cours en une fois et que vous remettez ensuite des coupons pour rémunérer le professeur à l'issue de ses interventions. Délestés de plus de 1300 euros (dont certes la moitié serait déduite de nos impôts), nous repartîmes contents d'avoir pu apporter à Junior toute l'aide que nous pouvions.

 

Nous aurions été heureux de notre sort si la société avait pu nous fournir un enseignant digne de ce nom. Après un jeune expert comptable en cours de formation qui ne vint que quelques heures pour disparaitre sans donner de nouvelles ni à nous ni à l'organisme, des semaines sans aucune aide et, après de multiple coups de fil demandant la venue d'un nouvel intervenant,  une jeune femme compétente mais en attente d'un départ pour L'Australie qui laissa en plan Junior à un mois de l'examen, nous perdîmes espoir !

 

Notre argent se trouva bien mal investi ! Ce qui devait arriver arriva et Junior échoua. La bouche en coeur, le conseiller téléphona à la parution des résultats pour proposer à nouveau ses services !

 

Une nouvelle année avec un Junior motivé apporta la réussite, sans cours de soutien et sans Acadomia !

 

Et c'est pourquoi toutes ces publicités autour du sérieux, du carnet de suivi (jamais rempli), des comptes rendus aux parents, des cours de méthodologie et du professionnalisme des intervenants me font sortir de mes gonds et éteindre ma radio rageusement !

 

Je débranche mes écouteurs et offre toute mon attenttion aux propos de Monsieur Chéri qui, ne se doutant pas de sa chance, solliloque sur le travail des jardiniers, les résultats des matchs de la ligue 1 et ses derniers exploits aux cartes......Bienvenue au Paradis !

Publié dans j'ai testé pour vous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Malou 11/12/2011 13:37


J"ajoute que pour Acadomia, j'ai aussi donné (mdr!!!) pour ma fille, amoureuse, l'année de son bac, et amour + travail scolaire = étudiante les yeux dans le vague ou téléphone à l'oreille
devant des cours prenant la poussière. Nous avons nous aussi financer des cours adadomia en biologie puisque c'est l'option qu'elle avait choisi alors qu'elle était excellente en maths (allez
comprendre). Nous avons accueilli des profs boutonneux à peine meilleurs qu'elle mais au moins elle travaillait pendant leur présence. Elle a eu son bac S je ne sais comment, au ras les
pâquerettes bien sûr et à rejoint son namoureux l'année suivante à Brest alors que nous vivions dans la ville universitaire de Rennes. L'amour! l'amour! l'amour! autrefois c'était vivre d'amour
et d'eau fraiche, aujourd'hui c'est vivre d'amour et de finances parentales (sic!) mais bon l'histoire a bien fini (sur le plan universitaire et amoureux)! La vengeance sonnera un jour (mdr!!)
avec ses propres enfants devenus ados. Je m'en régale à l'avance (sourire). Re-bises toutes pluvieuses, sorry.

Domi 11/12/2011 20:02



je connais et comprends cette envie de revanche qui nous prend face à l'ingratitude de nos rejetons ! :-). de même qu'il a vécu cette envie parentale de lui fournir une aide comme un châtiment
cruel, lui et ses soeurs ont bien sûr rejimbé devant nos manifestations d'autorité.


cela se paiera un jour quand, bien instrallés dans le doux emploi de grands parents, nous pourront écouter les doléances de leurs ados et leur pourrir la vie en racontant leurs petites bêtises et
leurs manquements scolaires !



Malou 11/12/2011 13:24


Trop drôle, Domi. Te lire un dimanche en début d'aprèm, un délice d'autant que je me retrouve dans tes propos. Ton Monsieur Chéri ressemble beaucoup à mon Monsieur Chéri-Malou côté radio.
J'écoute souvent la radio en podcast pour les raisons que tu évoques mais sapristi pourquoi donc veut-il toujours me parler quand, écouteurs aux oreilles, je suis en pleine osmose avec l'un ou
l'une de mes journalistes préférés. Ipodement tienne. Bises.

Domi 11/12/2011 20:03



mes réponses sont dans le désordre mais je rajoute qu'à Nantes aussi ce dimanche fut pluvieux et tristounet ! heureusement que des amis ont embelli cette journée hivernale ! Bisous malou