Entre soeurs

Publié le par Domi

A long, long time ago.....


Once upon a time.....


Il était une fois deux soeurs qui naquirent dans la modeste échoppe d'un maître boucher.

Tout le jour, le bruit de ses couteaux et le claquement de son hachoir sur le billot résonnaient dans la boutique. Les clients se pressaient devant son étal et lui achetaient qui, un beau gigot d'agneau, qui, un bas morceau de boeuf pour parfumer sa soupe, qui, des os pour son chien. L'homme au grand tablier blanc rougi du sang des bêtes, recevait, plaisantait, servait, découpait, tout en jetant un oeil tendre et attentif sur ses deux filles qui demeuraient dans l'arrière salle.


La plus grande surveillait sa cadette et lui enseignait ce qu'elle devait savoir dans la vie : Compter jusqu'à cent, conjuguer ses verbes, réciter la fable que la maîtresse avait donné pour le lendemain ou encore faire ses lacets. La petite écoutait religieusement les dires de son aînée qui du haut de ses sept années de différence la dominait. Elle apprenait l'accord du COD, les conjonctions de coordinations en se demandant qui était cet Ornicar ? La liste des mots en ou qui faisaient leur pluriel en oux n'avaient plus de secrets pour elle et elle chantonnait, poux, cailloux, genoux et choux. Mais ce qu'elle attendait avec impatience était ce moment béni entre tous où les devoirs seraient terminés et où sa grande soeur jouerait avec elle à la poupée. La petite n'aimait pas les poupées mais elle adorait son ours Nono. Vieux, déplumé, le poil rare et jauni par le temps, il était son plus fidèle ami. Elle ne se lassait pas de l'habiller, de le bercer, de le coucher dans le landau qu'elle avait reçu pour Noël et, après avoir jeté la grincheuse au sourire figé qui y était, elle partait pour de longues promenades autour de la table de la cuisine.

Les deux fillettes grandissaient et, un jour, un vaillant messager se présenta au logis et demanda au père la main de la plus grande. La petite, inconsolable, assista impuissante au départ de sa grande soeur tant aimée qui disparut au loin dans la poussière du grand chemin.

 

Les années ont passé, nombreuses. Les deux soeurs ont vécu, se sont éloignées. Le mariage, le travail dans des villes différentes, les enfants, les soucis du quotidien ont peu à peu effacé les soirées à jouer ensemble, les repas familiaux, les nuits dans le grand lit commun.

 

Ma Rose, puisque c'est de toi qu'il s'agit ici, ce weekend nous a offert un moment hors du temps, quelques jours volés rien que pour nous deux. Nous ne sommes plus les petites filles qui regardions notre Papa comme un héros. Nous n'aimons pas les mêmes choses, nous ne lisons pas les mêmes livres, nous n'avons pas vécu les mêmes expériences. Mais une chose ne changera jamais.

 

T'entendre me présenter comme ta petite soeur est indescriptible. Je serai près de toi et pour toujous cette petite fille aux longues couettes qui te demandait de jouer avec elle.et d'habiller son ours Nono.

Publié dans vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lucie 22/12/2012 10:12


bel article!

roselyne lepiouff 02/12/2012 17:02


ma chérie c'est la premiere fois que je decouvres ces pages,celà m'à renvoyer des années en arrière,je ne me souvenais plus de nono,il avait du naitre à noel avec un nompareil,ais je me souviens
de sa couleur jaune "pisseux"du moins je crois,pour moi aussi,notre vie nous à transformée mais tu seras toujours ma petite soeur chérie et çà c'est pour la vie je t'aime et je t'embrasse

Domi 08/12/2012 11:09



et oui tu vois les souvenirs !


 



Malou 18/11/2011 13:42


Voilà qui est bien raconté, avec  beaucoup de tendresse et d'émotion. J'ai lu ce billet avec un plaisir certain. Amitiés salines.

Domi 18/11/2011 15:18



un séjour à Saint Nazaire, un retour siur les traces de l'enfance...rien de tel pour un peu de nostalgie ! à bientôt et merci pour tes petits mots


 



sousou 16/11/2011 13:42



Très bel article, très émouvant. Félicitations madame Jaafar.



Domi 18/11/2011 15:19



de rien très chère !



Mareult 16/11/2011 12:10



Une fratrie est un joyau si précieux !



Domi 18/11/2011 15:21



surtout quand la famille est réduite à l'état de peau de chagrin ! Avoir quelqu'un qui se souvienne de vous enfant, qui partage les petits riens, les bêtises, qui vous raconte ce que vous ne vous
rappelez pas, votre histoire....c'est un trésor